ANCIENNE EGLISE SAINT-PAUL

 

Sa fondation remonte à une époque très reculée, elle existait déjà au temps de Roger comte de St-Pol, puisque ce seigneur fit don à l'église collégiale de St Sauveur de 2 parts de dîmes de toute la paroisse.
Etait-elle édifiée sur la petite place (marché aux grains, actuelle place Louis Lebel) comme l'édifice démoli à l'époque révolutionnaire ?, il y a lieu de le supposer.

Elle fut dépouillée d'une grande partie de ses richesses dans la 2ème moitié du XIème siècle. En 1071, Arnould 1er, seigneur d'Ardres fut chargé d'administrer les grandes possessions des enfants de Hugues 1er, comte de Saint-Pol, Arnould ne se contenta pas d'enlever le plus de biens temporels qu'il put dans toute l'étendue du Ternois qu'il administrait, il pilla aussi les églises et les dépouilla, en partie du moins, de leurs reliques et de leurs ornements.
L'église de St-Pol dont parle Lambert d'Ardres était, selon toutes probabilités, un édifice d'un bon style, aussi remarquable peut-être que la Collégiale de St-Omer.
Détruite, ainsi que tous les édifices de la ville lors du siège et de la ruine de 1119, et reconstruite ensuite, grâce sans doute aux libéralités des comtes de St-Pol, elle fut de nouveau incendiée et rasée en juin 1537 par les soldats de Charles Quint en même temps que toute la ville.
Réédifiée quelques années après, lorsque Saint-Pol commença à se relever de ses ruines, elle fut encore une fois, en 1553, brulée et détruite par les Français qui vinrent saccager et ravager l'Artois après la prise d'Hesdin-le Vieil.
Rebatie enfin par les habitants en 1614, et après avoir subi encore quelques vicissitudes, elle subsista juqu'à la Révolution.

Son emplacement occupait toute la moitié sud de la place du Marché aux Grains (place Lebel aujourd'hui), le portail principal était dans la rue des Ferroniers, une étroite rangée de maisons séparait, seulement, le choeur de la rue des Carmes.

La partie orientale appartenait au style ogival du XVIème siècle.

De cet édifice il ne reste que la pierre commémorative de sa dernière modification. C'est un grès rectangulaire de 0.81m x 0.36m, piqué en relief et présentant en capitales romaines, cinq lignes d'écritures, séparées par un filet lui aussi en relief.

[En l'an 1553 fut l'église de St Paul brulée par les Franchois et rédifiée par messieurs mayeurs, eschevins et bourgeois en l'an 1614]

Cette pierre déposée aujourd'hui au musée de Saint-Pol, fut retrouvée en 1837 par le docteur Bruno Danvin dans la cour d'une maison de la rue des Carmes.

Dictionnaire Historique et Archéologique du département du Pas-de-Calais (1884) Tome III

 

  copyright